Skip to content

Histoire

C’était en 1968, j’avais gagné un concours public et j’ai commencé à travailler récemment.

J’ai vécu seul dans une monocale et j’ai été établie à Vérone, ma ville natale, cependant, et, comme tous les jeunes, j’étais souvent au bar avec des amis et des collègues.

La «blanche» buvaient souvent, à toute heure, mais je n’avais pas l’habitude de faire, préférant la mousse (!) Comme une boisson, un repas aussi.

J’ai toujours aimé le café, cependant, et souvent, il a bu pendant les pauses de travail, même loin de «chez soi», si souvent arrivé, que leurs collègues plus âgés ont offert un pour moi, le jeune garçon usage frais.

Un jour, un collègue m’a demandé si je voulais un café convenable: Je ne sais pas ce que c’était, mais aussi le respect pour lui, je suis d’accord, en continuant à discuter, face aux autres clients, et quand je lui tendit la tasse fumante, juste bu un gorgée.

J’ai tout de suite eu le souffle coupé! J’ai pensé que je suffoquais!

Peut-être que je suis devenu livide, mais j’ai tout fait pour “garder son calme” et encore ne me souviens pas si quelqu’un était au courant de ce qui se passait pour moi: je ne pourrais probablement pas faire un fou de Vérone qui ne sait pas ce un café “grappa correct»!

Je savais que j’étais une buveuse d’eau et que l’affaire ne devait pas se produire plus, mais la vie est pleine de surprises …

Toujours mangé à la cafétéria: la femme de chambre avait certainement pris goût à moi, parce qu’un jour vint une jeune fille, très belle, et elle (j’étais alors vous savez que le savait déjà) l’a invitée à s’asseoir à ma table, et non pas qu’elle soit seule.

«C’est un bon garçon!” dit-il, pour la rassurer.

La jeune fille a accepté, et nous avons déjeuné ensemble, j’ai bu mousse orange et elle un verre de vin rouge!

J’ai eu la voiture que j’ai offert à accampagnarla maison ….. maintenant ma femme pendant 38 ans!

Une ensoleillé, chaud dimanche de Juillet, nous avons décidé d’aller en plein air à San Zeno di Montagna: marcher et visiter le sanctuaire de Notre-Dame de la Couronne, puis au bar pour une boisson fraîche.

«Regardez ce joli! Vais le prendre comme un rappel d’aujourd’hui?” elle a demandé avec enthousiasme, soulignant une étagère dans la barre d’: comment pourrais-je refuser?

C’était la miniature de la vodka Keglevich des images à Trieste, qui est devenue la première miniature de ma collection.

Pourquoi, si avant je n’avais jamais remarqué, à partir de ce moment, j’ai commencé à voir partout mignon furent les années 70, une période très chaud pour ce genre de collecte.

Plus tard, j’ai rencontré le Club de Mignonnettes et la passion a été consolidée, parce que je n’étais pas seul!

Statistiche

Visite giornaliere: 128
Visite totali : 70706